Bien (re)faire son site web

Bien (re)faire son site web
Article paru dans Emergence économique

Ce jour-là à Abidjan, dans un salon sur le numérique, le DSI de cette compagnie de tourisme échangea avec le manager de l’agence web à son stand. Le site web de son entreprise avait été fait il y a cinq ou six ans et avait besoin d’un vrai rafraîchissement. Le lendemain, l’équipe technique analysait qu’outre un design obsolète, l’absence de mise à jour, le site web avait besoin d’être mis aux normes de compatibilité pour les équipements mobiles et d’être optimisé techniquement pour mieux apparaître dans les résultats des moteurs de recherche.

A la réunion entre le client et les développeurs de l’agence fut définie l’ampleur du chantier de refonte du site. Le nouveau site web, à jour en matière d’ergonomie, de design, optimisé pour un meilleur référencement dans les moteurs, se fit en deux mois et permis au client de ne plus en avoir honte et de l’administrer lui-même avec login et mot de passe. Le prix d’excellence dans le tourisme que reçut la compagnie dans les mois qui suivirent n’aurait pu être attribué avec l’ancien site web, qui faisait fuir la clientèle au lieu d’inspirer confiance.

Cette histoire est vraie, c’est celle d’un de nos clients. Aujourd’hui, encore trop de sites web réalisés il y a quelques années sont obsolètes. Ce genre de site web, typiquement hébergé avec un abonnement bon marché sur un serveur trop chargé, a un design à faire fuir l’internaute et un temps de réponse qui permet d’aller se faire un café en attendant l’affichage de la page web. Un tel site web produit l’effet contraire de celui recherché.

Faire la différence sur Internet doit se faire dans le bon sens. Un site mal fait ou obsolète est contre-productif. L’absence de site web rime avec perte de clientèle au profit des concurrents qui sont entrés dans l’ère numérique. L’émergence numérique repose sur les bons choix des entreprises et déjà celui d’avoir un site web performant et efficient.

Si vous pensez que faire un site web coûte cher, pensez combien coûte l’absence de site ou un site mal fait, sur un serveur trop lent, des pages pleines de coquilles, au graphisme mal dégrossi. Nous en voyons encore trop sur la toile.

Après avoir bien choisi son nom de domaine, l’entreprise qui prend ses responsabilités doit savoir comment bien faire son site web.

Etre déchargé du cahier des charges

Souvent les entreprises entendent répondre qu’elles doivent envoyer un “cahier des charges” par l’agence qu’elle consulte pour faire leur site web. Quand enfin, un document rudement élaboré est fourni à l’agence, celle-ci répond par un devis.

Devant la difficulté de la tâche, une bonne partie des entreprises abandonnent leur projet.

Un bon site web commence par une bonne définition des besoins et cela passe par les conseils de professionnels expérimentés qui avec vous mettront au clair les fonctionnalités de votre futur site. Le cahier des charges porte trop bien son nom, optez pour une liste des fonctionnalités co-rédigées avec votre prestataire. Il vous proposera et construira un site sur mesure, adapté au secteur, à la cible, aux objectifs et aux fonctionnalités attendues.

Un site web sur mesure

Nous sommes votre couturier. Portez-vous l’habit de votre voisin ? Il en est de même pour les sites web. Chaque client est unique et doit recevoir le site web adapté à ses besoins, sa clientèle, son secteur. Un site web se fait sur mesure.

Des règles de bases

Des règles et normes doivent être respectées, tant sur le contenu du site que sur le graphisme, l’ergonomie, la compatibilité mobile.

Le contenu d’un site web doit a minima fournir les informations de contact, une page de mentions légales, la localisation de façon précise en cas de réception du public ou clients et une adresse postale.

Le graphisme doit être soigné, le contraste réglé pour une lecture confortable des textes par l’internaute, les images optimisées pour un chargement rapide, les balises optimisées pour le référencement. L’hébergement doit se faire sous HTTPS sans erreur sur le navigateur web. Il est recommandé de travailler des technologies reposant sur des standards libres et ouverts générant des données interopérables, bref en logiciel libre.

Dans certains cas, le pourcentage de visites sur smartphone et tablette avoisine les 100%. Le format des sites pour ordinateurs est différent des formats pour ces équipements nomades. Un site responsive est un site adapté à tous les formats d’affichage.

Le HTTPS, norme obligatoire

En août 2017 Google a commencé à écrire à l’ensemble des webmasters inscrits sur sa plateforme, dont Epistrophe, pour les prévenir que Chrome affichera à compter d’octobre 2017,  des alertes de sécurité les pages HTTP comportant des formulaires de saisie de texte comme non sécurisées. Il fera de même pour toutes les pages HTTP en mode navigation privée. En d’autres termes, les sites web qui restent dans un hébergement sans HTTPS – certificat de sécurité – seront signalés comme potentiellement dangereux sur le navigateur Internet le plus utilisé au monde. Ainsi, les sites sans HTTPS auront donc de moins en moins de visiteurs au profit de ceux qui auront su sécuriser leur site.

Du site vitrine au site de e-commerce

Ces règles de base respectées, le site web doit correspondre au vrai besoin du client.

Site vitrine, e-commerce, blog, site événementiel, chaque site a sa propre durée de fabrication, complexité et coût. L’entreprise doit trouver le site à sa mesure, ni trop peu, ni surdimensionné. La définition du contenu et des fonctionnalités du site web en définit le type et le budget.

Faire un site, c’est bien, le maintenir, c’est mieux. Pour les mises à jour techniques et de contenu, un contrat de webmastering peut être passé avec l’agence qui a réalisé le site web.

L’étape suivante consiste à faire connaître son site web, notamment dans les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et aussi hors-ligne.

A suivre.