Symposium du 50e Anniversaire de la BID : Un appel à l’audace et à l’innovation pour les banques multilatérales de développement

0
239

Le 30 avril 2024, à l’occasion du symposium du 50e anniversaire de la Banque islamique de développement (BID), le président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a lancé un appel retentissant aux banques multilatérales de développement (BMD). Il a souligné l’urgence d’adopter une « approche audacieuse et innovante » pour relever les défis mondiaux croissants.

Un Contexte Mondial en Évolution

Dans son discours, Adesina a mis en lumière les transformations rapides et les défis complexes auxquels le monde est confronté, accentuant la nécessité d’une collaboration renforcée et d’innovations financières. Il a rappelé l’importance de travailler ensemble de manière « innovante, impactante, audacieuse et plus rapide » pour répondre efficacement aux besoins actuels.

Les « High 5 » de la BAD : Des Priorités Transformatrices

Adesina a mis en avant les priorités transformatrices de la BAD, connues sous le nom de « High 5 » :

  1. Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie
  2. Nourrir l’Afrique
  3. Industrialiser l’Afrique
  4. Intégrer l’Afrique
  5. Améliorer la qualité de vie des populations en Afrique

Ces priorités sont alignées sur les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Selon une étude indépendante du Programme des Nations Unies pour le développement, atteindre ces objectifs permettrait de réaliser 90 % des ODD et de l’Agenda 2063.

Innovations Financières et Augmentation du Financement Concessionnel

Adesina a souligné la nécessité d’augmenter le financement concessionnel pour les pays à faible revenu, particulièrement en Afrique. La dette commerciale de l’Afrique a considérablement augmenté, passant de 17 % à 44 % entre 2000 et 2024. Pour pallier cette situation, il a plaidé pour un triplement des ressources du Fonds africain de développement, visant à atteindre au moins 25 milliards de dollars lors du prochain cycle triennal de reconstitution de ses ressources.

Parmi les innovations financières introduites par la BAD, Adesina a mentionné l’approbation de l’utilisation des capitaux propres du Fonds africain de développement pour mobiliser davantage de fonds sur les marchés des capitaux. Cette initiative pourrait générer 27 milliards de dollars supplémentaires pour financer des prêts concessionnels modérés pour les pays à faible revenu.

Une Vision Globale pour les BMD

Les discussions du symposium, auxquelles ont également participé Muhammad Al Jasser (président de la BID), Alamine Ousmane Mey (ministre camerounais de l’Économie) et Ousmane Dione (vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord), ont porté sur l’évolution du rôle des BMD face aux défis des pays du Sud.

M. Al Jasser a dévoilé des plans ambitieux visant à doubler les approbations de projets et les décaissements de la BID pour atteindre 364 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie, en s’appuyant sur des stratégies de financement et des partenariats innovants.

L’Importance de la Collaboration Régionale

Ousmane Mey a appelé les BMD à prioriser l’évolutivité de leurs interventions et à adapter leurs stratégies pour s’aligner sur les programmes nationaux des pays membres, garantissant ainsi l’efficacité et la durabilité des initiatives de développement.

Ousmane Dione a, quant à lui, souligné l’importance de la collaboration et de l’intégration régionales pour relever les défis pressants. Il a plaidé pour des solutions sur mesure respectant les contextes socio-économiques uniques de chaque région et pour tirer parti des connaissances et des ressources collectives.

Un Appel à l’Action

Le symposium a réaffirmé l’urgence de remodeler l’avenir du financement du développement, en veillant à ce que les BMD restent des catalyseurs indispensables du progrès et de la prospérité dans les pays du Sud. Adesina a résumé le consensus en déclarant : « Ce n’est pas une question de banque, ce n’est pas une question de drapeau. Il s’agit plutôt de la manière dont nos mains se connectent pour nous permettre de passer à l’échelle supérieure et d’accélérer le développement des populations. »

Cet appel à une approche audacieuse et innovante marque un tournant crucial pour les BMD, les invitant à redéfinir leur rôle et à intensifier leurs efforts pour un développement durable global.